17 septembre 1918

Publié le par Alain

Le 17 Septembre 1918


Ma Petite Margot


En réponse à ta lettre du 14 heureux de vous savoir en bonne santé pour moi sa va à peu prét ont me fait mes pensement tous les jours. Je pense que sa n'ira pas plus mal.

Aujourd'hui le major à passer la visite de tous les blessés pour en evacuer tous seux evacuable quand il est arriver à moi il ma regarder mes plaits et il à dit ces celui que l'ont à enlever une testicule la soeur à dit oui et il est parti aussitot certainement que M. Decorde avant de partire lui avait passer la consigne. Cependant il y a longtemp que je sui évacuable mais comme je lui avait demander à rester jusqu'à ma guérison complete.

Sa maurait bien embeter de partire pour la raison que j'avais peur que mes papiers ne soit pas en ordre. Je n'ai toujour jamais rien reçut de ma Compagnie. Je sui bien heureux de te voir complètement rétablie de ton oeil, es que tu porte tes lunettes quand même.

Pour tes dents pour le moment naturellement que ce n'est pas facile, mais quand il y à eu les jours sen viande tu aurais pu le faire mais tu n'y à pas penser ni moi non plus.

Enfint nous trouverons j'espère le temps de faire cela un jour. Je n'ai pas eu d'autre nouvelles d'Adolphine je pense que sa santé est meilleur d'Henri rien. Vous penser faire les vendanges dans 15 jours.

Il va y avoir une belle récolte cette année encore le temp la permit.

Je ne croit pas que j'aurait besoint de porter un bandage. Je vois que les Enfants ont la tête très dure, nous verrons quand j'irai en convalaiçence.

Ma Petite Margot je te quitte car ont m'attend pour faire les pensement.

Ton mari qui t'embrasse et de tous son coeur.


E. Vallet

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article