18 septembre 1918

Publié le par Alain

Le 18 Septembre 1918


Bien Chère Margot


En réponse à ta lettre du 11 elle mette maintenant 3 jours à venir enfint si c'est régulier ce sera toujours des nouvelles fraiche mais tu ne reçois pas les miennes régulièrement.

Pour moi sa va mais pas grand changement depuis 15 jours ces stationnaire pas plus mal mais plus guerisson si rapide qu'au debus; au debus javais même peur que sa marche trop vite.

Maintenant sa suit convenablement son coure.

Naturellement si je conserver le lit dans 8 jours mes plait serait complètement refermée, mais je sore tous les jours. Malgrée cela je ne fais pas excés de marche, et je prend mes précautions. Je fais mes courses moi même.

Il faudra que tu m'envoi bientôt de l'argent envoi moi 50f si tu peu, avec cela j'espère que ce sera sufisant pour aller te rejoindre.

Je dépense le moint possible et je dépense beaucoup tous de même et ce n'est que pour ma nourriture et ma boisson mais le vin si chère.

En sommes tous ce que l'ont peu acheter insi tu vois des poulets à l'etallage cui gros comme deux points 18f 19 (...) 20 c'est vraiment honteux.

Pour des tiquets de pain garde les pour toi si tu as juste, en effet les gosses doivent bien manger maintenant.

Il y à Durqui mon camarade en face sa femme peu en avoir facilement alors je peu avoir du pain tous les jours conserve les tiens pour toi de cette façon la j'en ai pas besoint. Moi aussi je serai bien heureux de pouvoir faire une promenade avec toi de ce beau temp la, mais ce sera pour plus tard. Tu seras bien aimable de m'envoyer une paire de chaussure le plus tot possible parce que j'en ai toucher qui me font mal et j'ai un soulier qui es une foi plus grand que l'autre ces des vieilles chaussures et appré tu m'enverras mes chaussures jaunes les dernieres que j'ai rapporter, elles ne sont pas lourde (...) apporterai.

Je sui heureux que tu trouve plus facilement des veaux et de savoir que tu avais une bonne bète cette semaine Girad est assez consiencieux. Comme tu dis aprét les vendanges finie la vente ne sera pas si bonne, enfint sa te permettra de te reposer, à ce moment la je serai peu être la, nous feront des partie de Dame. Quand pense tu ...

J'ai eu des Nouvelles d'Henri aujourd'hui il est en permission mais il n'est pas passer me voir il n'a pas pu. Il me dis qu'il t'écris en même temp qu'à toi.

Ma Petite Margot je te quitte pour aujourd'hui en t'embrassant milles fois de tous mon coeur ainsi que les Enfants et la maman.

Ton Petit Mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article