05 octobre 1918

Publié le par Alain

Le 5 Octobre 18


Bien Chère Margot


Deux mots seulement je trouve très drole ce longt silence qu'es qui te serais arriver que tu ne me donne pas de tes nouvelles, tu reçoit cependant tous les jours de moi, il y a encore une levée ce soir j'aurai peu être une lettre tous de même, si j'en ai pas c'est vraiment trop longt.

Moi sa va mais pas complétement gueri de ma cuisse gauche.

C'est pourquoi que le major n'a pas voulu me laisser partire il me laissera peu être partire la semaine prochaine.

Je serai peu être retabli complétement aujourd'hui je ne sors pas mais je trouve le temp rudement longt.

Mais il ne faut pas que je marche de trop, je préfère en finire.

Rien autre à te dire toujours la même chose, si j'ai une lettre ce soir, je te le ferai savoir aussitôt d'abord je ne vas pas cacheter ma lettre surtout qu'il y a le temp puisqu'elle ne partirons que demain à 11h.

Dans l'espoir que cette misive te trouve en parfaite santé ainsi que toute la petite famille je te quitte et t'embrasse de tous coeur ainsi que les Enfants et la maman.

Ton mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


Alors le vaguemestre est passer et rien.

Enfint j'ai espoire pour demain matin j'aurai peu être plusieurs c'est peu être un retard des Postes.


Encore milles bons baisers

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article