24 octobre 1918

Publié le par Alain

Le 24 Octobre 1918


Ma Chère Margot


Aujourd'hui pas de lettre la journée va me sembler beaucoup plus longue que d'abitude encore.

Je pense que malgrét se petit silence que ta santé va de mieux en mieux, j'aurai peu être des nouvelles ce soir, je serai bienheureux.

Moi ont ma fait mes pensement aujourd'hui sa ne va pas plus mal mais il y a toujour un peu de supuration c'est peu être du à mes rhumatismes que je resent dans les genoux pour l'instant.

Si sa venait à ce passer peu être que j'aurai une guérison promte.

Je ne c'est quand je me leverai je ne puis te le dire dans deux jours je te dirai si il y a du progrét ou si c'est stationnaire.

Aujourd'hui il fait encore une journée superbe, je serait heureux qu'il fasse de même à Athée que tu puise sortire un peu.

Moi je t'afirme que sa me tue de rester toujour renfermer comme cela.

Enfint j'espère que saura une fin bientôt.

Et que je saurai parmit toi d'ici peu. Dans cette espoire, et dans l'espoire que ma lettre te trouve en meilleurs santé, je te quitte en t'embrassant du plus profond de mon coeur ainsi que les Enfants et la maman.

Ton Mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


La Soeure te joint un mot que je te mets, dans ma lettre, à bientôt le bonheur de te lire.

Encore de bons baisers.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article