25 octobre 1918

Publié le par Alain

Le 25 Octobre 1918


Bien Chère Margot


Plus heureux aujourd'hui j'ai deux lettres du 22 et du 23, maintenant il me vienne deux par deux, enfint ce sont des nouvelles assez fraiche, mais sur ce que je vois tes force ne vienne pas vite cependant si tu mange bien, les forces devrait te reprendre plus vite que sa, cette salté ta mise bien base, enfint je pense maintenant que tous de même tu reprendras tes forces normale et surtout une bonne nourriture.

Pour je te dirai demain les progrets que mes blessures ont fait.

Pour le bonhomme que je t'avais annoncer moi je sai très bien qu'il t'aurai fait ton affaire, mais si sa te plait pas c'est une affaire entendue, je lui ai dis que pendant ta maladie qu'il te fallait du monde suplémentaire et que maintenant que tu les conservaient.

Pour te dire à quelle époque que je partirai je ne puis le savoir, tant que mes plaies auront supurations.

Supurations finie sa ira très vite aprét. La soeur ma demander ma lettre hier pour te mettre un mot mais je n'ai rien vu, elle a cacheter la lettre elle même alors jignore ce qu'elle ta dit mais elle ma prai de te dire de ne pas écrire avec un timbre par ce que sa va a la communauter, de métre sa lettre dans la mienne, et moi je lui remettrai.

Ne te tourmente pas pour la grippe pour moi je ne croit pas qu'elle s'arrète sur moi, je fume la cigarette en lisant mon journal, pour sacher le mauvais aire.

Comme je t'ai déjà dit j'ai eu des nouvelles d'Adolphine mais pas d'Henri, n'y de Cormery. J'attend des nouvelles de Chenonceaux et comme je t'ai dit Réni est parti en Escadrille sur le front j'attend sa nouvelles adresse, et je te la transmettrai aussitôt.

Tu me dis dans ta lettre du 23 que tu as un cochon dans le (...) sertainement qu'il à du rudement perdre, enfint que veut tu le principale c'est ton rétablissement et l'espoire que je serai parmit toi bientôt pour certainement un bon moment.

Aujourd'hui il est revenu un camarade qui a été comme moi, il n'a plus qu'une stéticule, il revient de convalescence et vient pour passer la réforme, mais lui ce n'est pas les même conditions, il a toujour été embusquer, il n'a jamais été au feu, il avait été opérer d'une hernie voila environ 6 mois et aprét son opération il à une stéticule de remontée et n'avais jamais redécendu, et quand le major la opérer, il lui à décendu cette stéticule qui été complétement pourrie, mon cas naturellement est beaucoup grave, enfint je te dirai ce qu'il c'est passer. Comme tu dis c'est bien ennuyeux de ne pas avoir la place ou métre le vin, mais à Cormery aurait il pas des fois.

Ma Petite Margot je te quitte en t'embrassant du plus profond de mon coeur ainsi que les Enfants la maman et la grand mère

Ton Mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


Tu ne me parle jamais de la grand mère que devient t-elle.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article