29 cotobre 1918

Publié le par Alain

Le 29 Octobre 1918


Bien Chère Margot


Deux mots simplement aujourd'hui je n'ai pas de lettre j'en aurai peu être une ce soir j'attendrai pour cacheter ma lettre

J'espère quand même que ta santé va de mieux en mieux et que la maman que ce n'est que de la fatigue du au surquoi de travail.

Pour moi sa ne va pas plus mal, le nouveau remèdre à l'aire de faire bon effet mais il ya toujour un peu de supurations ce qui empèche de faire naitre la peau. C'est de l'Anbrine c'est comme de la bougie que l'ont ferais fondre et une foi fondue la mètre sur la plaie naturellement presque bouillante avec un pinssot, si il y avait pas de supurations la peau doit naitre dans les 72h, nous verrons demain si il y à meilleurs résulta.

Je me fais du mauvais sangt de ne pas en finire, c'est peu être un peu la cause que sa n'aille pas plus vite. J'ai eu la visite de Lacemèle et de sa femme le temp ma parru moint longt il serait bien heureux que je puis aller dejeuner avec eux avant son départ il repart Lundi prochain je ne croit pas être retabli pour pouvoir me lever.

voilà ta lettre du 27 arrivée je sui heureux d'avoir des nouvelles plus fraiche le vaguemestre l'avais laissée a son bureau.

Ta mère ces certainement de la fatigue il ne faut pas qu'elle ce lèvre trop tot non plus.

Ma Petite Margot en attendant demain de meilleurs nouvelles je te quitte en t'embrassant de tous coeur ton mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


Embrasse les Enfants et la maman et grand mère


Naturellement que ta mère te favorise beaucoup dans ton travail et sa trouve justement que tu n'est pas rétablie qu'elle tombe malade.

Enfint ne fait pas plus que tu peu et j'espère également un pront retablissement pour ta mère

De bons baisers.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article