11 novembre 1918

Publié le par Alain

Le 11 Novembre 1918


Bien Chère Margot


Aujourd'hui plus heureux, j'ai une lettre du 8, mais je n'ai pas reçut le mandat que tu m'anonce avoir envoyer le 7, j'ai envoyer un camarade au Vaguemestre pour lui demander si il n'avait pas un mandat à mon non, alors l'autre lui à répont que non, alors l'autre à dit que toute ces lettes ne son pas trillée, ce sera peu être pour ce soir, je ne cacheterai pas ma lettre avant qu'il ne soit repasser ce soir pour te faire connaître si il m'es parvenu.

Tu ne me parle pas de ta santé je pense que vous aller tous pour le mieux, moi sa ne va pas plus pal, mais je vas esseillai tous de même du dépuratif, sa ne me fera toujour pas de mal, 4,75 la bouteille si sa peu me faire du bien ce n'est pas trop cher.

Je vois en effet que tu as bien travaille.

Comme tu dis sa méritera bien un bon baiser si non deux.

Je te remerçi donc de ta bonne affection, sa devai être en effet un travail assez dificile.

Ici il fait un temp superbe du beau soleil tous les jours mais il nas fait pas très chaud il me faut maintenant une bouillotte du matin au soir, j'ai toujour les pieds geler.

Ma Petite Margot je termine ma misive en t'embrassant du plus profond du coeur ainsi que les Enfants et la maman.

Ton Mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


Alors j'attend ce soir pour voir si j'ai d'autre nouvelles il paraît que l'amistie est signée, je n'avais pas de lettre le vaguemestre n'a pas eu le temp de distribuer ces lettres.

Cause due à la fin de la guerre

Ma Petite Margot donc il n'y à plus à ce tourmenter


La Paix est signée


qu'elle délivrance

Milles bons baisers pour la fin de la guerre.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article