16 novembre 1918

Publié le par Alain

Le 16 Novembre 1918


Bien Chère Margot


En réponse à ta lettre du 13 les corespondances vont peu être recommencer à marcher régulièrement, sur tu ne reçoit pas les miennes c'est la même chose du au retard des Postes. Je ne manque pas à écrire tous les jours, je pense que sa va reprendre maintenant.

La santé n'est pas mauvaise mais aujourd'hui ont ma fait mes pensements mais je n'ai pas trouver grand progrét depuis deux jours, pas plus mal, mais stassionnaire nous verrons aprét demain, je verrai si la bouteille que je prend ma fait du bien. Comme tu dis, une période de beau temp mais je ne dois pas en profiter.

J'espère quand même que sa n'ira plus loingt maintenant.

Alors sur ce que tu me dis à Athée ont à féter la fin de la guerre, nous nous la féterons à mon retour s'en rien épargner car il a été moin 5 que je la voix pas, enfint nous nous efforseront d'oublier tous cela et reprendrons notre vie normale, il y a que les blessures que je ne pourrais oubliai, puisqu'elle son trop paraissante et y resterons jusqu'à ma mort et sera le souvenir de la guerre 14.15.16.17.18.

Ma Petite Margot je ne vois guère grand chose à te communiquer, envoi moi des petits colis de temp en temp, tu ne ferait pas mal de m'envoyer une Flanel car j'ai qu'une et elle est salle je ne pui l'enlever puisque j'en ai pas d'autre.

Je te quitte aujourd'hui en t'embrassant du plus profond du coeur ainsi que les Enfants et la maman.

Ton Mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


La soeur Haycenthe t'envoi ses amitiés et un bonjour.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article