20 novembre 1918

Publié le par Alain

Le 20 Novembre 1918


Bien Chère Margot


En réponse à ta lettre du 18 depuis quelques jours je reçoit très régulièrement (...) que de ton coté ce soit de même, (...) je pense que ce ne sera pas longt maintenant, que nous auront plus besoin des Postes pour nous causer.

Je voudrais bien être à Samedi pour voir ce que sa fait, en progret, je serai seul, je ne mettrais aucun pensement je sui certain que ce serait plus vite guéri, j'en souffre plus, c'est le principale mais ont trouve le temp trop (...)

Demain ont nous fait Fetes d'amistie je te dirai le menue demain.

Ici comme à Athée la température c'est bien refroidie nous le sentons à l'Intérieur, malgret qu'il n'y fait pas froid.

Il ne faut rien m'envoyer (...) simplement une flanel, que je t'ai deja demandai j'en ai qu'une et elle est tres salle je ne peu l'enlever de peur à attrapper froid.

Donc c'est entendu tu viendras me chercher à Paris le voyage sera plus agreable pour toi comme pour moi.

Mais je voudrais bien savoir le jour

Esperons bientôt

Ma Petite Margot je te quitte en t'embrassant du plus profond de mon coeur ainsi que les Enfants et la maman.

Ton mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


je n'irai pas au baptème je verrais ce qu'elle me repondra et toi aussi

Bon baiser

Margot

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article