04 janvier 1915

Publié le par Alain

Petit retour en arrière


Mardi 4 Janvier 1915


Ma chère Margot


En réponse à tes deux lettres reçue aujourd'hui du 31 et du 1er je vient te remerçai de tes bons souhaits. Je sui content tes parents et la grand mère on reçut mes lettres, c'est bien embétant de te savoir malade, c'étais comme moi, j'espère que ce ne sera rien, c'est les temps changeant qui rende malade moi sa va bien mieux aujourd'hui, fais comme moi soigne toi bien et j'espère que tu auras un retablissement très pront. Comme je te l'ais déjà dit j'ai reçut les 10f et le poulet. Quand aux permissions je ne croit pas que je retournerai au moi de Février, sa finira qu'à ce moment la, il faudrait mieux que je reournerai que dans 4 mois et que sa serait pour toujour en ce moment ci je ne puis te donner des renseignement à ce sujet, aussitôt que je saurai fixer je te le ferai savoir aussitôt. Je vois que ton fumeux Léon ce paie de l'agrément, je dois bien penser que tu doit le connaître à ta table quand il ne mange pas, plus que si c'étais moi je l'assure, la table ce n'est rien si il avait le courage, mais ce n'est pas cela.

Ma chère Margot pour mon bras sa va complétement mieux, je ne me sen plus de rien.

Ma chère Margot je ne vois rien autre chose à te dire toujour la même chose je pense que tu reçoit tous les jours.

Je termine ma chère maie en t'embrassant milles fois de tous mon coeur ainsi que petite Suzanne et Henriette. Ton petit mari qui t'aime pour la vie et de tous son coeur


E. Vallet


A demain le plaisir de te lire.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article