17 janvier 1915

Publié le par Alain

Le 17 Janvier 1915


Ma chère Marguerite


Je fais réponse aussitôt à ta lettre du 9 janvier j'ai été très heureux de vous savoir tous en bonne santé moi, pour l'instant, sa va a moitié, j'ai un rhume de serveau, je pense que ce ne sera pas grand chose. Le Comte dit Masacre est parti à l'Hopital, je ne sais ce qu'il à ces peut être sa salté qui le rend malade, il va certainement être evaquer, nous sommes pas facher qu'il soit parti, je ne peut plus le voir, je lui cause parce que je sui absolument obliger sans cela je lui casserai pas beaucoup la tète. Ma chère Marguerite je me sui fait photographier avec deux camarades mais écoute ce n'est pas très bien moi je me trouve trop éloigner de l'appareille, ce qui me rend plus petit il aurait fallu que je soit a la place du grand sa serait mieux mais ecoute sa sera toujour un souvenir qui je pense te fera plaisir, je n'ai pas engraisser, j'ai bientôt plus que les ose et la peau, enfint je me porte assez bien tout de même si j'ai le bonheur de revenir je rengraisserai peut être, la nourriture sera peut être pas la même, je croit que je ne serait pas si dificile que j'étais, je sui très heureux que tu vas toucher, surement que sa nous fera pas de mal, (...) bien que c'etait (...) et compagnie qui ta empècher de toucher plus tot. Il faut que tu touche les 5 mois qui sont passer, nous écriront au préfet ou au Ministre, j'ai reçut une lettre de chez nous, alors il me dit « Que veut tu écrire au ministre ce n'est certainement pas lui qui dépouille le courier, les employés chargés de ce service classant les lettres et les dirigent au service compétent en la circonstance le préfet ou la commission d'Indre et Loire, je n'assure rien mais que Marguerite se renseigne, ces reclamations doivent être rédigées clairement et brièvement voilà ce que je crois avoir compris et personnellement tu dois comprendre que les ministres dans les circonstances pénibles que nous traversons ont des soucis et des affaires beaucoup plus graves qui les tracassant. Je l'ai deja ecrit à Marguerite il y a quelques mois. Je m'etonne que l'on fasse (...) ma situations en ligne de compte avec la tienne. Tu as fonde une famille, j'ai fait le necessaire (...) que la lutte pour la vie (...) penible pour toi, j'ai donc (...) devoir, j'estime que ta (...) mon coli. Et si ces messieur que tu m'indiques dans ta lettres vienne ce renseigner c'est le seul langage que je leur tiendrai d'autant plus que tu as deux frères dont l'un à besoin de moi et l'autre pourrait encore en avoir besoint.

Je ne sui donc pas partisan d'écrire à un ministre ce n'est pas de cette façon que tu obtiendras une solution si j'entrevoyais que tu aies seulement une chance sur mille d'obtenir satisfaction, je tenterais cette chance.

Alors voilà ce qu'il ma écrit. Maintenant je vais lui écrire et lui dire que tu touche et que si il s'en etait occupper nous aurions toucher beaucoup plustot, maintenant il faut s'occupper pour les 5 mois bientôt 6 qui sont passer, ils doivent te les rembourcer, écrit à ta tante, si ils veulent s'en occuper des maintenant certainement nous y arriveront, il faudra s'en occuper serieusement, sa vaut la peine.

Ma chère Marguerite ne m'envoi pas de sabots sa m'embarrasserai plustot que sa me serait utile j'ai une bonne paires de godillots ces sufisasnt, et surtout maintenant qu'il fait moint froid.

J'ai écrit à ta tante, hiert, je leurs enverrai une photo un de ces jours, j'en ai fait faire que 4, il coute5fr la douzaine.

Ma chère Marguerite, je termine ma lettre en t'embrassant ainsi que les Enfants mille fois de tout mon coeur ton mari qui t'aime pour la vie.


E. Vallet


Je te donne mon adresse maintenant et nous ne pouvons plus mettre l'endroit ou nous somme s'en cela ces 30 jours de prison ou les tranchées alors voilà.

E.V. Parc à Betail

Secteur Postal 64

Ces tous ce qu'il y a à mettre dit le donc à ta tante si il veulent m'écrire, écoute je ne vois plus claire.

Milles bon baiser et embrasse tous le monde pour moi.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article