23 janvier 1915

Publié le par Alain

Dimanche le 23 Janvier 1915


Ma chère Marguerite


En réponse à ta lettre du 21 toujour très content de vous savoir en parfaite santé moi sa va très bien pour le moment. Tu dois commencer à recevoir mieux mes lettres tu vois la tienne n'a mis que deux jours à venir. Sa ne peut mieux aller. Pour le fils Boisser que je t'ai déjà parler, il est parti rejoindre son régiment la veille de nous, il est sergent c'est un jeune homme très volage et à l'entende dire il envoi promener tous le monde et finalement il est obliger de faire comme les camarades, il m'a raconter et devant des camarades bien des choses qu'ils n'ont aucun sense, moi pour lui faire plaisir je l'ai laisser dans sa bonne bouche, dans le font je pensai qu'il me raconter que des aneries (...) conversation ont est naturellement venu à parler du pays, alors je ne puis te dire une foule de chose alors il me parlait de ton père. Alors moi je lui ai dit que je n'etais pas trop satisfait de lui, je lui ai dit que si tu touchais la l'occation que ce n'etais pas de sa faute et je lui ai laisser à comprendre que c'etais un des principaux qui avait fait tous ce qu'il pouvait pour en empécher et je lui est même fait la reflexion qu'il t'avais fait à la boutique alors il ma dit c'est étonnant je ne croit pas que papa à du faire cela ou il fallait qu'il soit forcer, alors lui est dit parlons d'autre chose sa vaudra mieux, écoute je ne me rappelle plus exactement ce que je lui ai dit mais je ne lui ais pas cacher grand chose il peut l'écrire chez eux je m'en moque, autre chose sa vaudra mieux également.

Pour la vache à M. Pasquier si elle te coute (...) c'est très chère mais s'il elle revoit la calité et en jeune bète et au prix qu'ils valent sa peu encore aller. Sur la lettre je dois comprendre qu'Henri est en permission.

Je n'avais rien reçu en réponse à ma lettre du nouvel an, que simple carte et quelque mot, alors si ils viennent tu devras leurs donner le bonjour de ma part à tous deux, je n'ai jamais eut de réponse de chez vous depuis que je leurs est écrit pour le nouvel an, je ne leurs écrirait pas avant de recevoir.

Rien autrechose à te dire à demain le plaisir de te lire. Ton petit Mari qui t'aime et t'embrasse milles fois de tous son coeur ainsi que les Enfants.


E. Vallet


Embrasse tes Parents et la grand mère Rousseau

A demain

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article