20 février 1915

Publié le par Alain

Le 20 Février 1915


Ma chère Marguerite


A l'instant je vient de recevoir le poulet que nous mangerons ce soir je te remercie milles fois de tous mon coeur mais écoute les oeufs été naturellement caser mais écoute ils ont bien diminuer nous en achèterons deux pour faire une mayonnaise

Je sui en bonne santé pour le moment et j'espère que la presente te trouvera de même et les petites aussi.

Je t'envoi une photo j'en ai prit absolument qu'une car c'est très chère, 12 francs la demi douzaine, celle ci est peut être mieux que les autres, si tu peut la conserver sa serait un bon souvenir. Je pense que cette dernière te fera plaisir tu me recriras aussitôt que tu l'auras reçue.

J'ai écrit à ton fameux Léon et je lui ai dit que je lui enverrai du tabac si ces possible, alors il sera peut être plus aimable envert toi.

Je vous ait envoyer chacun une carte à toi à Petite Suzanne et à Henriette tu me diras si vous les avez reçue également.

Ma chère Marguerite je ne vois pas grand chose à te dire pour le moment, que j'attend avec impatience le plaisir de te lire.

Ton Mari qui t'aime et qui t'embrasse milles fois de tous son coeur ainsi que les petites filles.


E. Vallet


Embrasse bien tes Parents de ma part et la grand mère Rousseau et à demain je l'espère le plaisir de te lire.

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article