29 février 1915

Publié le par Alain

Le 29 février 1915


Ma chère Marguerite


Je vient te faire réponse aussitôt à ta lettre du 24 ces avec ennui que j'ai apprit que cette pauvre petite Suzanne été malade je pense que ce ne sera rien tu sera assez aimable de m 'écrire tout les jours pour que je sache de ces nouvelles j'attendrai avec impatience le vaguemestre.

Je sui content que tu ais reçut la photo et que sa te face plaisir.

Tu me fera savoir si tu as reçut ma lettre dans laquel je te mettais la lettre reçue de chez nous, ne te tourmente pas à ce sujet, je ne sais si je t'ai dit de ne pas la montrer à tes Parents et de la faire bruler aussitôt lue.

Je me sui contenter et j'espère maintenant que je serai plus tranquille. Tu me parle pour la lettre que tu m'as envoyer, je te fait reponse dans le même terme, alors maintenant j'oublirai tout cela, mais écoute moi qui me rendais heureux de te dire tous ce qui ce passe, alors tu dois penser le plaisir que tu à put me faire, je pense que je n'avait pas tord, d'autant plus que ces moi qui est dit que ci il pouvais en trouver un autre qu'il me rendrait service. Il n'y avait pas lieu de te rendre malade pour cela.

Enfint j'oubli tout cela, nous n'avons pas besoint de nous causer des ennuis qui sont plutot bete d'autans plus que nous en avons assez comme cela. Ma chère Marguerite maintenant de temp en temp tu peut m'envoyer un petit colis car je ne mange plus avec mon caporal, je me sui arranger à ce qu'ils ne viennent plus avec nous alors avec les trois autres sa va mieux ils reçoivent assez souvent et nous y particippons tous.

Mois je reçoit assez régulièrement tes lettres, mais j'attendrais avec impatience je te le repete la prochaine pour avoir des nouvelles de petite Suzanne et de vous tous, je pense que cette lettres la trouvera en meilleur santé.

Ma chère Marguerite en attendant le plaisir de te lire je termine en t'embrassant milles de tous mon coeur embrasse bien fort et de tout ton coeur cette pauvre Petite Suzanne pour moi, Petite Henriette qui je pense est en bonne santé.

Ton mari qui t'aime de tout son coeur.


E. Vallet


Embrasse bien fort pour moi aussi le Papa la Maman Vincent et grand mère Rousseau qui je pense sont en bonne santé.

Encore une fois milles bons baiser et à demain le plaisir de te lire

J'ai reçut une lettre de Léon je pense que tu las lue, car il m'a sembler que c'étais toi qui avait mis l'adresse. Certainement qu'il n'aurait pas fallu qui le (...)

Publié dans blogduboucher

Commenter cet article