Vendredi 20 avril 5 20 /04 /Avr 08:08
Le 23 avril 1915

Ma chère Marguerite

Certainement que les lettres sont gardée pour le mouvement des troupes car enfint je t'écris tous les jours, tu devrais recevoir comme moi je reçoit les tiennes, tous les jours. Tu recevras probablement tous d'un coup, comme je t'ai déjà dit au (...) fois que j'ai reçut les 5f et le mandat de 15 francs, les deux colis l'un contenant le roti veau et un artichaux l'autre hiers soir contenant une botte de radis et n camembert. Je te remercie bien des fois ainsi qu'hiers un autre belle pensée. Je suis très content de vous savoir en bonne santé, moi sa va bien aussi. Je pense que cette carte vous trouvera tous de même. Comme tu dis il y a toujour quelques uns, qui ont des veine particulière moi je suis un peut de ceux la car enfint j'étais dans un régiment et j'ai eu le bonheur de tomber dans une section, s'en cela je ne serait peut être plus, mais malgrét tous pour moi sa doit être un sort. Ma chère Marguerite en attendant ce soir 4 ½  le bonheur de te lire je termine en t'embrassant de tous mon coeur ainsi que les enfants et tes Parents. Ton mari qui t'aime pour la vie.

E. Vallet
Par Alain - Publié dans : blogduboucher
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 18 avril 3 18 /04 /Avr 07:57

Le 22 Avril


Ma chère Marguerite


Je fais réponse à ta lettre du 18 et toujour heureux de vous savoir tous en bonne santé, moi sa va très bien aussi en ce moment. Mais je trouve très étonnant que tu ne reçoive pas mes lettres mieux que cela car je t’écris absolument tous les jours depuis 12 jours. Ce soir j’ai reçut le roti Veau et l’artichaud que j’ai été très heureux de déguster à l’arrivée. Je me sui bien régaller. J’ai fait un Diner précieux, l’artichaud je l’ai partager avec un camarade et le roti Veau nous l’avons manger à 4, un litre de vin rouge, un café ensuite et une cigarette pour terminer et nous nous sommes retirer avec un Diner bien fini. Il me reste à te remercier bien des fois ainsi que de ton aimable pensée qui m’a fait grand plaisir, je crois que je n’en ai jamais vu d’aussi belle aussi je la conserve dans mon portefeuille.

Ma chère Marguerite, qui est qui à put te raconter que nous allions passer du côté de Paris, nous ne le savont pas, peut être pas le Général Joffre, je ne crois pas que Mr Jean de Fontenaille puis voir sa femme à Paris parce qu’il est avec nous, tous au moint, pas loingt de nous. Je le vois presque tous les soirs, il est comme moi et pas plus peut au contraire moint utile mais il n’aura pas put une permission d'aller voir sa femme à Paris que moi. Cependant lui qu'avait l’abitude de ce faire conduire, il est obliget de conduire les autres et parfois jour et nuits, sa lui fait peut-être pas grand plaisir mais il faut qu’il le fasse tous de même comme les camarade et chose très (...)juste. Ma chère Marguerite en effet je reçoit toutes tes lettres à l’ésesption d’hier, ces très régulier, mais je voudrais bien qu’il en soit de même de ton côté car sa mennui beaucoup que tu ne reçoive pas mieux que cela, je t’ai déjà dit que j’ai reçut le 15 franc en mandat et 5 francs avant du samedi. Aussitôt le colis du chemin de fer arriver je te le ferait savoir. Ma chère amie, comme tu dis, il nous faut partager nos ennuis.

Ma chère enfant comme tu dis nous sommes absolument que des jeunes français qu'attendent leurs unions avec impatience. sa sera un véritable mariage ce jour la mais malheureusement je croit qu’il faut attendre encore bien plusieur mois. Tu dois penser que je sui comme toi si non pire.

Ma chère Marguerite en attendant ce jour heureux, je termine en t’embrasant du plus profond de mon cœur.

Ton petit mari qui t’aime pour la vie.


E. Vallet


Embrasse très fort petite Suzanne et Henriette ainsi que le Papa la Maman Vincent et Grand mère Rousseau et à demain le plaisir de te lire, j’ai été hier san lettre le temps ma beaucoup plus durer.

Mille bons baisers.

Au revoir ma chère petite femme je m’envai me coucher

Par Alain - Publié dans : blogduboucher
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 17 avril 2 17 /04 /Avr 08:02

Le 20 Avril 1915


Ma chère marguerite


En réponse à ta lettre du 16 je sui contant de vous savoir en bonne santé. Moi sa va bien aussi. Ce soir à 4 h ½ nous avons été nous faire vacciner pour la Variole. Il commence à nous embéter avec tous ces vaccinations le major n’a pas voulut vacciner le Comte par suite de toutes ces plaques qu’il a sur le corps. Je te garenti qu’il en a fait une foire devant tous les autres camarades. C’étais une rude corvée pour lui, ça doit être des maladie Vénériennes qu’il à dut attrapper étans garçon, en plus de cela il est toujours sal comme un porc. Je te jure que je sui très heureux de ne put l’avoir à mon équipe et je ne sui pas prêt de coucher au pret de lui non plus n'y encore bien moins de boire aprét lui. Ma chère Marguerite depuis bientot 10 jours je t’écrit exatement tous les jours. Sur tes lettres tu ne me dit pas si tu reçois tous les jours. Comme je t’ai dit hiers j’ai reçut l’argents annoncer mais pas encore le colis. Je pense le recevoir demain aussitot je te le ferais savoir.

Ces avec un grand ennui que j’ai apprit que tu ne pouvait t’approvisionnais en bœuf convenable. Cependant ont doit pouvoir en trouver il y aurait encore bien quelques chose la dessou comment ce fait t-il que Javelle donne des Bêtes à Duchène, ils ne se caussaient seulement pas avant mon départ, si c’est Javelle et qu’il savait que tu emprenais une moitié certainement qu’il l’aurai fait exprét. C’été peut-être entendu avec Morin. alors lui Morin où les prends t-il les bêtes qu’il tue, enfint tout cela sa m’ennuie beaucoup, je voudrais être revenu, peut-être que sa changerai. Ecoute recommende à Ferdinand Duchène que tu ne peux pas vendre cette marchandise, et qu’au contraire ton confrère se force à tuer de la viande de 1ère qualité pour t’empêcher de vendre. Di lui le jour qu’il n’aura pas ce qu’il te faut, qu’il te le fasse savoir alors tu t’arrangera à en faire venir de Tours de bonne qualité et la quantité qu’il te faut. Combien qu’il te faut de bœuf 200 livres la semaine alors ! lorsque tu en fais venir de Tours tu pourrais demander un globe et un devant complet sa te ferait ton poids approcimatif et ils pourrait te le donner à meilleurs comte qu’avec l’aloyau. Si Morin fourni les autres naturellement sa lui donne un abat complet tous les semaine, et puis il sera heureux de faire connaitre au gens que tu n’as que de la salter.

Heureusement que je pense qu’il en a fait plus qu’il ne fera maintenant. J’aurai peut-être le bonheur de revenir en bonne santé et si je peut le faire, je tâcherai de lui rendre la pareille.

Ma pauvre Marguerite, si tu peux arriver à gagner ta vie ces le principal aprét nous verrons. La seule chose qu’il nous faut ces de pouvoir nous trouver tous en bonne santé. Ma chère Marguerite je termine en t’embrassant milles fois de tout mon cœur ainsi que les enfants. Ton mari qui t’aime pour la vie.


E. Vallet


A demain le plaisir de te lire.

Par Alain - Publié dans : blogduboucher
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 16 avril 1 16 /04 /Avr 07:46

Le 19 Avril 1915


Ma chère Marguerite


Je vient de recevoir ta lettre du 15 avril et le mandat de 15 francs je te remercie bien des fois maintenant tu n’as qua continuer comme tu fesait à m’envoyer 5 francs tous les samedi de cette façons si nous étions s'en recevoir par suite de changement j’aurai toujours une petite chouche qui pourra me rendre grand service nous avons pas fini de voyager je pense que ce ne tadera pas bien longtemp maintenant, aussitôt le colis arriver je te le ferait savoir. Je pense que ma lettre vous trouvera tous en très bonne santé, moi sa va bien pour le moment. J’ai reçut une carte hier de Henri, il me dit qu’il a resu le colis que tu lui as envoyer, il est très content. Ma chère Marguerite, je t’écris tous les jours. Je termine en t’embrassant mille fois de tous mon cœur. Ton mari qui t’aime pour la vie


E. Vallet


Je ne puis te causer plus longtemp car ont cris rassemblement pour aller abattre. Embrasse bien fort ces deux petites mignonnes ainsi que tes Parents. Au revoir ma chère amie et à ce soir le plaisir de te lire.

Par Alain - Publié dans : blogduboucher
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 14 avril 6 14 /04 /Avr 08:46
Le 18 avril 1915

Ma chère Marguerite


Je fais réponse à ta lettre du 16 toujours très content de vous savoir en bonne santé moi aussi sa va assez bien pour le moment. En même temps que la lettre, j’ai reçut les 5 francs je te remerci, maintenant je reçoit en parti presque tous les jours, moi je t’écris tous les jours aussi. J’ai écrit à Léon hiert, je vais te mettre sa lettre du 13 mais n’oublie pas des faires bruler aussitot lue, car certainement que sa ne ferait pas bon effet. Ici il commence à faire beau temps, le matin une petite gelée blanche, le reste de la journée il fait un beau soleil. Je pense qu’il en est de même à Athée. En même temps que ta lettre j’ai reçut une carte de Monsieur Félix, jardinier de Nitray si tu vois sa femme, tu pourras lui dire et qu’il est en bonne santé, naturellement, la vie est très dure d’autent plus qu’ils sont dans les tranchées et parfoit les pieds dans l’eau il faut du beau temps pour assénire les tranchées espérons la fint de toute cette misère la bientôt.

Ma chère Marguerite en attendant ce soir le plaisir de te lire je termine en t’embrasse de tous mon cœur ainsi que ces petites Suzanne et Henriette. Ton mari qui t’aime pour la vie.


E. Vallet


Je m’envais mettre un mot à la grand mère. Embrasse la bien pour moi ainsi que le Papa et la Maman Vincent.


Chère Grand-mère


Ces avec grand plaisir que j’ai lu votre lettre et je vois malgrét votre âge que nous avons le bonheur de nous causez par écrit. Je vois avec bonheur que vous êtes très heureuse d’avoir ces deux petites Suzanne et Henriette qui certainement vous donne une distraction journalière, et qui donne un grand soulagement à la maman car avec tous cela, elle a beaucoup de travaille, le soir venu elle doit être bien fatiguée.

Chère grand mère j’ai été très heureux d’apprendre la grandeur de ces deux petites Mignone. Je vois qu’ils sont fait enormement de progret depuis mon départ il me semble que si j’ai le bonheur de revenir que je serait surprit de leurs grandeur ces avec grand plaisir que j’apprend que petite Suzanne apprend très bien en classe, je pense qu’Henriette sera de même. Vous devez penser que ces avec un grand plaisir que j’apprends toute ces bonne choses et de savoir touts le monde en bonne santé. Vivement la fint de cette triste campagne pour voir le bonheur de vous revoir tous.

Chère grand-mère je termine en vous embrassant milles fois de tous mon cœur. Votre petit fils qui vous aime pour la vie.


E. Vallet


Embrassez bien pour moi ces deux petites Mignone pour moi ainsi que la Maman Marguerite en attendant que je puis le faire moi-même.

Par Alain - Publié dans : blogduboucher
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus